allaitement, Etre mère

Allaitement prolongé : comment contrer les remarques

Ah ! La dure vie de maman allaitante, aimante auprès de la société actuelle.

Après les regards d’admiration de votre entourage, les tout premiers mois, passés les fatidiques « 6 mois », le vent tourne. Tout le monde y met de son grain de sel.  De la bonne copine qui na pas d’enfant  (mais qui étale sa science),  à notre propre famille,  en passant bien évidemment par ce cher pédiatre Tout le monde a sa petite phrase bien sentie.

Il est parfois facile d’y passer outre, mais souvent, c’est une phrase que l’on rumine pendant plusieurs jours Parfois même, qui peut pousser à un sevrage !

En tête de palmarès, j’aime particulièrement (ironique, bien sûr) quand on me demande : « Comment?? A 14 mois, tu la nourris encore?? », ce à quoi je crève d’envie de répondre : « Tiens, c’est vrai qu’elle est grande, elle devrait apprendre à se faire un couscous toute seule! »

Pour les mamans cernées, et toujours allaitantes, de nuit, après tant de mois, on n’échappe que miraculeusement à la fameuse : « Oh la la, ton lait ne le cale pas assez pour la nuit, tu devrais le sevrer et lui donner des céréales le soir. » Relativisons, réfléchissons, posons-nous La fatigue est une ennemie Est-ce que le fait de bourrer son estomac l’aidera à passer une nuit calme et sereine? (Très personnellement, quand je mange trop le soir, j’ai plutôt tendance à faire des cauchemars) Le problème des nuits est bien récidivant! (et à traiter prochainement, j’en conviens!)

Et les questions démoralisatrices : « Tes vraiment sûre que tas encore du lait ?? » en général, je pars dans des exposés sur le système de lactation Je peux même le faire en version longue et pénible afin d’éviter toutes récidives sur le sujet, ça marche pas mal.

Mais il existe, malheureusement, toute une panoplie de fausse-question-vraie-accusation-culpabilisantes, qui viennent en général de « ceux qui savent » (ou du moins, qui représente le « savoir ») :

« A force, Madame, vous n’avez pas peur qu’il ne veuille pas se détacher de vous? », « Vous avez pensé au manque d’autonomie? », « Si votre enfant a un retard de langage, il ne faudra pas vous plaindre! », « Allaiter aussi longtemps, c’est malsain, cette promiscuité peut entraîner des envies d’inceste! », « C’est bien connu que le lait maternel n’est plus bon après 3 mois! C’est juste pour VOUS faire plaisir, Madame! », « Et le papa dans tout ça?! Vous y pensez au papa, hein? »

Ces phrases font mal, et assassinent peu à peu. Encore plus quand on est une jeune maman, encore peu sûre de nous. On en vient à se poser mille questions sur notre pratique, notre façon de faire.

El Hamdoulillah, si on se reporte au Coran, où il nous est conseillé d’allaiter pendant 24 mois, on peut repartir ragaillardie! Dieu ne nous ordonne que le bien, faisons fi des remarques!

L’allaitement long suscite bien des interrogations, parce que culturellement, il est sorti de nos mœurs d’occidentaux. N’oublions pas l’intention de nourrir nos enfants avec ce qu’il y a de meilleur, et de sourire face aux gens qui nous blessent, de fermer discrètement nos écoutilles et de nous recentrer sur notre objectif : être des mères musulmanes donnant le meilleur à leur bébé, afin qu’il devienne un musulman donnant le meilleur à son bébé,

Que Dieu vous aide dans votre projet d’allaitement. Qu’il place sur votre chemin les bonnes personnes, et éloigne les mauvaises !

Toute épreuve est une rémission des péchés!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *