allaitement

Quels aliments éviter pendant l’allaitement ?

Vous avez compris l’importance de l’allaitement pour votre bébé et vous avez décidé de l’allaiter. Si les professionnels conseillent d’avoir l’alimentation la plus variée, certains aliments sont à éviter. Alors le système digestif de votre bébé ne peut pas encore en supporter certains, il y en a d’autres qui pourraient directement affecter sa santé. Quels sont alors les aliments à éviter pendant l’allaitement ?

Les aliments qui changent le goût du lait

Tout ce que vous mandez passe dans votre lait et peut en modifier le goût. Pour votre bébé, l’expérience de l’allaitement peut donc devenir très désagréable. À défaut de réduire leur consommation, vous devez les éviter.

A lire absolument : Réussir l'allaitement maternel : 3 conseils utiles

Les légumes au goût prononcé

Dans cette catégorie, on retrouve des éléments comme :

  • le chou ;
  • l’oignon cru ;
  • l’ail cru ;
  • le brocoli.

Les légumes amers

Parmi les légumes amers, on peut citer ceux ci-dessous qui sont les plus courants :

A découvrir également : Lait maternisé : lequel choisir pour votre enfant ?

  • le navet ;
  • le céleri ;
  • l’endive ;
  • l’asperge ;
  • l’artichaut ;
  • la roquette ;
  • la chicorée.

Les épices au goût prononcé

  • le gingembre ;
  • le curcuma ;
  • le piment ;
  • le poivre de Cayenne.

Les aliments sources d’intolérance ou d’allergie

L’autre groupe d’aliments dont vous devez limiter la consommation ou du moins éviter, c’est celui des sources d’intolérance ou d’allergie. En effet, s’il n’y a pas à proprement parler d’allergie au lait maternel, votre enfant pourrait cependant développer des allergies aux protéines provenant de certains groupes d’aliments capables de traverser le lait maternel.

Seul 0,4% de nourrissons sont susceptibles de développer des réactions à ces protéines. Par conséquent, vous devez pratiquer l’alimentation d’éviction seulement si votre enfant réagit au lait maternel lorsque vous mangez l’un de ces produits.

Les aliments protéinés à éviter

Parmi les aliments dont les protéines sont susceptibles de provoquer des intolérances ou des allergies à travers le lait maternel, on peut citer :

  • le soja ;
  • les noix ;
  • les œufs ;
  • les poissons ;
  • les amandes ;
  • les cacahuètes ;
  • les fruits de mer ;
  • le lait de vache ou de chèvre.

L’éviction doit également porter sur les aliments qui contiennent des traces de l’un de ces aliments tels que :

  • le beurre ;
  • le babeurre ;
  • la caséinate ;
  • la caséine ;
  • le lactosérum ;
  • la poudre de petit lait ;
  • la poudre de lait écrémé.

Les symptômes

Parmi les symptômes peu sévères permettant de déceler une intolérance, il y a :

  • la diarrhée ;
  • la constipation ;
  • le refus d’être allaité ;
  • les reflux gastro-œsophagiens ;
  • les ballonnements qui durent moins de 4 heures ;
  • les traces de sang légères dans le mucus ou les selles.

Il peut arriver que votre bébé réagisse plus sévèrement à la présence de l’un des aliments susmentionnés dans votre alimentation. Il pourrait alors développer des symptômes tels que :

  • une diarrhée sévère ;
  • une constipation sévère ;
  • un retard de croissance ;
  • les vomissements en jet ;
  • les ballonnements qui durent plus de 4 heures ;
  • les traces abondantes de sang dans le mucus ou les selles.

Les aliments perturbateurs

Un aliment perturbateur est celui qui, de par sa composition, a un impact direct sur la croissance de votre bébé.

Les aliments riches en phytooestrogènes

Les phytooestrogènes sont des molécules ayant une structure identique à celles des hormones sexuelles féminines. Elles sont des propriétés à la fois anti-oestrogéniques et oestrogéniques, ce qui peut entraîner des perturbations au niveau du métabolisme stéroïdien. En d’autres termes, elles peuvent perturber le développement des caractères sexuels chez votre bébé. Ces molécules sont principalement présentes dans certains végétaux comme :

  • le soja ;
  • les pois chiches ;
  • les graines de lin.

Les poissons exposés aux polluants

Considérés comme des bioaccumulateurs, les poissons accumulent des métaux lourds dans leur chair. Les métaux lourds sont des polluants qui peuvent avoir un impact sur votre bébé. Le principal risque concerne le mercure. À haute dose, il peut affecter le développement du système nerveux central pendant la petite enfance. Il en résulte des troubles du comportement chez un enfant exposé. Le niveau de contamination des poissons varie en fonction des espèces. En général, les espèces les plus exposées sont les poissons gras comme :

  • la truite ;
  • l’hareng ;
  • l’anchois ;
  • le marlin ;
  • la sardine ;
  • l’espadon ;
  • le saumon ;
  • la lamproie ;
  • le maquereau.

Voilà donc l’essentiel à savoir sur les aliments qu’il convient d’éviter lorsque vous êtes enceinte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *