Naissance

Accouchement à domicile : est-ce dangereux ?

Bonjour à toutes !

J’entends et lis souvent : « j’aimerais accoucher à la maison, mais pas pour un premier, je préfère la sécurité. » Ce qui me pousse à écrire cet article aujourd’hui,

La tendance du moment est de diaboliser l’accouchement à domicile et d’y noter les risques encourus. Je souhaite donc, en parler plus en profondeur, afin de tenter de montrer que l’accouchement à domicile, n’est pas dangereux.

Mais avant tout, je me permets de mettre les choses au claire. Cet article n’est conçu que dans le but d’informer, et non dans celui de vous convaincre. Je souhaite faire la part des choses entre idées reçues, et réalité.

Je répète que le meilleur lieu pour accoucher sera celui où la femme enfante se sent à l’aise et détendue, sans stress. Maison ou hôpital, peu importe votre choix, il sera le bon, s’il est choisit consciemment et non obligé. Fin de la parenthèse.

L’accouchement à domicile est-il sûr?

En ce qui concerne les statistiques, en tout cas, aucune étude na jamais démontré que l’AAD (accouchement à domicile planifié avec une sage-femme) entraînait plus de complication ou de mortalité que les accouchements à faible risque en centre hospitalier. (étude : Obstetrical myths versus research realities A guide to the medical litterature, Bergin et Garvey, 1995)

Les études que je cite concerne donc les AAD, et non les ANA (accouchement à domicile sans accompagnement dune sage-femme ou dun médecin).

Dautres études montrent même que les hôpitaux affichaient de moins bons « résultats » sur les accouchements eutociques ( eutociques = normaux) et même sur les accouchements comportant quelques facteurs de risques. Il ny a vraiment que les accouchements à très haut risque qui restent incertains à la maison, ou dans les petites maternités.

Dans bien des études, il est noté quen cas daccouchements à domicile, le nombre de transfert est relativement faible : 4,6% de transfert de la maison vers un hôpital, contre 11,7% de transfert de petites maternités vers une maternité de niveau 3.

Il y a, également, moins d’intervention médicale à la maison, les scores d’Apgar des bébés y sont tout à fait corrects, et la mortalité maternelle et infantile est réduite en cas de naissance à la maison (Wiegers et al. 1996, Duran AM 1992).

Un accouchement « normal » ne requiert AUCUNE intervention. Il nécessite en outre du soutien, des encouragements, de la tendresse.

Plus il y aura des interventions médicalisées (rupture artificielle de la poche des eaux, pose de perfusion docytocine, décollement de membranes, etc) plus le risque de transformer l’« eutocique » en « pathologique » est grand.

La naissance à la maison n’est donc pas plus risqué qu’à l’hôpital, cela reste une idée reçue largement répandue, entre autres par les professionnels de santé.

Si laccouchement à la maison était si dangereux, nous ne serions pas autant à lheure actuelle.

Je finirai ce billet en présentant les mamans pouvant être candidates à l’AAD. Bien souvent, en France, ce sont les sage-femmes libérales suivant l’accouchement qui imposent leur propre limite d’accompagnement. Il faut savoir quelles n’ont aucune assurance, et quelles peuvent craindre que les parents se retournent contre elles plus facilement qu’à l’hôpital. C’est pourquoi une sage-femme peut accepter une femme avec un léger diabète gestationnel, par exemple, et refuser une femme sans problème apparent, si le courant ne passe pas. Les sage-femmes accompagnant les AAD sont très peu nombreuses en France (une soixantaine au total), vous trouverez l’annuaire sur le web.

Mais en règle générale, on ne peut prétendre à l’AAD si :

  • hypertension chronique (ou induite par la grossesse)
  • Un vrai diabète
  • La prééclampsie
  • Retard de croissance intra-utérine
  • Gémellité (à voir avec  la SF)
  • Présentation par le siège (certaines le font quand même)
  • Travail avant terme (avant 37 semaines) ou post-terme (après 42 semaines)
  • Placenta praevia (qui nécessite obligatoirement une césarienne)
  • Certaines sage-femmes accompagnent des accouchements à domicile par voie basse après une première césarienne, mais pas toutes.

Quelques clics et lectures :

Clics : http://naitre.autrement.free.fr/ , http://ciane.net/blog/ , http://www.naitre-chez-soi.info/

Bouquins : Intimes Naissances (J’ai énormément aimé ce livre sauf la couverture que je tenais cachée), Pour une naissance sans violence , Naissance à la maison.

Un tout petit peu dhumour que japprécie toujours :

http://paternage.canalblog.com/archives/2009/04/23/13481574.html

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *